Témoignages de tant de souffrance

Lyes est un ancien enfant placé. Devenu éducateur, il mène un combat pour porter la voix de ces enfants trimballés sans cesse de familles d'accueil en foyers... non sans dégâts humains
Trimballés de familles en foyers, ces enfants souffrent trop souvent de séparations arbitraires, de l'éclatement de leur fratrie ou de placements pas toujours justifiés. Ces mineur-e-s se retrouvent alors en situation de petites victimes collatérales de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), pourtant censée les préserver de nouveaux chocs émotionnels. L'ASE dispose d'un budget de 8 milliards d’euros par an, géré par les départements.
Le magazine  a donné la parole à Chantal et Joël, des parents d'accueil, et à Lyes, un ancien enfant placé. Ces deux histoires mettent notamment en lumière un certain nombre de ratés dus aux institutions.

Un document signé Morgane du Liège, Benjamine Jeunehomme et Claire Aubinais.


Des beaux schémas indiquant la marche à suivre pour effectuer un signalement sont diffusés. La réalité de terrain est tout autre. Les signalements sont pris en compte même s'ils sont anonymes ou effectués par une seule personne

 

>>> V est arrivé à l'école en marchant les jambes écartées avec une encoprésie inquiétante. La directice a alerté les autorités avec le psychologue scolaire et ils ont  effectué  un signalement. La directrice a demandé à la mère de porter plainte au vu de ce signalement. . Mais bientôt, ladite directrice a prévenu la mère qu'il lui fallait abandonner toute poursuite car elle serait laminée par ???? Ce sera le cas et l'enfant sera remis à son violeur.

 

>>> JB appartient à une fratrie de trois : enfants heureux, bons élèves, épanouis : le père a provoqué une information préoccupante pour celui qui, tête de classe et premier de conservatoire de saxophone, voulait embrasser la foi catholique :  AEMO.... placement pour lui seul envisagé avec sursis de trois mois pour mise à l'épreuve...

>>> Cl  est un enfant de six ans autiste. A l'école il est battu par ses camardes, coups de pied dans les testicules,   Les parents protestent (lui est haut fonctionnaire et elle compositeur)  La maîtresse fait endosser la responsabilité à ce pauvre enfant qui n'a pas une attitude normale avec ses camarades. Une information préoccupante est lancée par l'institutrice seule et les travailleurs sociaux se mettent à l'ouvrage. AEMO envisagée. Les parents vont changer deux fois de département pour éviter un placement mais on les "poursuit". Finalement, ils vont se réfugier dans un autre pays qui aborde de façon adaptée son comportement aux enfants autistes.

 

>>> J..., contrairement à ses frères et soeurs ne grandissait pas normalement. Signalement... information préoccupante;;;; AEMO et placement. Une  maladie  génétique a enfin été diagnostiquée et l'enfant traité. Il a repris une croissance normale mais en dépit de la qualité des parents, J.... est maintenu en foyer et comme il pleure à chaque retour au foyer de cette coupure avec sa famille, la solution a été trouvée. Plus de DVH, les parents ne le verront plus qu'un heure par mois dans un lieu neutre.


Mon fils de 15ans, à été placé pendant 2 ans par l'ASE et déscolarisé deux ans. Notre famille est touchée également par ce placement et toutes les pressions. 
Je souhaite être aidée et ne sait vers qui me tourner pour donner encore des chances de réussite sociale à mon fils.


Cette cause me concerne car mon fils unique est placé depuis pratiquement de sa naissance (avril 2010). Cela fait 4 ans que je me bat sans relâche contre les services sociaux mais les juges ne m'écoutent pas. Le père de mon fils est alcoolique et voit mon fils toutes les semaines en sortie libre avec un droit d'hébergement et moi juste une heure par mois en visites médiatisées (alors qu'ils veulent faire un "travail" mère / enfant!) et les rapports mentent sur ma façon d'être avec mon fils soit disant que je suis dangereuse. Je ne montre pas de signes inquiétants pourtant (expertise psychiatrique positive), je ne suis pas malade mentale, ni handicapée. Je crois qu'ils ne veulent pas que mon fils sache la vérité sur ça. En visite, mon fils devient méfiant et préfère aller discuter avec les tiers personnes présentes. Je suis la bonne copine qui vient regarder son enfant en se taisant car on m'a reproché de parler avec lui pendant qu'il joue. Chaque année, je vois plus une séparation qu' un projet sur le retour au domicile. Ce placement abusif est basé de plus en plus sur le fait que mon fils rapporte de l'argent aux services sociaux. HONTEUX ! car c'est une maltraitance psychologique pour mon enfant!!


Je viens vers vous , suite à la décision de placement de mes 2 enfants 11 et 7 ans en famille d'accueil, placement que je considère abusif et disproportionné à la vue de la situation que je vais tenter de vous résumer concrètement:
Dans le cadre d'un conflit conjugal, , mon aîné a été placé en famille d'accueil , suite de l'évocation de violence de la part de sa mère. Nous avons compris la raison de ce placement provisoire, et avons entamé une procédure de divorce et sommes séparés de fait depuis 8 mois. Accueillant les enfants chacun de notre côté, les tensions se sont considérablement calmées. Le JAF a cependant statué le 20 octobre m'octroyant la garde principale des enfants en raison de l'éloignement de la mère sous réserve de la décision du Juge pour Enfant. Mon aîné, depuis le début de la procédure souhaite retourner chez son père, les services sociaux ne veulent pas considérer sa parole et son choix, qui parait "hors norme", considérant qu'il est dicté par son père , et m'accusant ainsi de manipulation sans preuve de quoi que se soit. De ces faits (problème de communication des parents et accusations de manipulations) il a été ordonné non seulement la continuité du placement de l’aîné, mais également le placement de mon 2ème fils que j'avais en garde. J'ai lu d'après les textes de loi art. 375 qu'une simple difficulté éducative des parents ne constitue pas un danger grave et imminent, justifiant une suppression de résidence". En effet , j'étais tout à fait favorable à une solution alternative telle qu'une assistance éducative , thérapie familiale.....ce qui aurait été beaucoup moins traumatisant. Le Juge pour Enfant est dans le punitif et la sanction plutôt que dans le curatif et constructif. Les rapports de conclusion des investigations ordonnées, sont loin d'être impartiaux et propos orientés et transformés, ce qui me laisse penser que la "dureté" du jugement peut être influencé par un préjugé 'sexiste', qu'il m'est difficile de dénoncer. Je compte faire appel de la décision, merci de me communiquer d'urgence les aides que vous pourriez m'apporter


nous sommes victimes depuis 3 ans d'un placement abusif on ne nous rend pas nos enfants on nous les replaces systématiquement a chaque audience merci de nous aider


Je souhaite dénoncer la situation dans laquelle nous sommes actuellement afin d'aider mon enfant mais aussi de faire avancer les chose face à une justice corrompue qui maltraite nos enfants pour servir leurs intérêts. 
Le père de mon fils (13 ans) est personnel de direction dans l'administration, deux signalements ont été fait contre lui pour maltraitance. Il n'y a pas eu de suite malgré les dires de l'enfant, une enquête de gendarmerie et une psychologue indiquant que l'enfant ne mentait pas.
Nous nous sommes donc retrouvés devant le juge des enfants, le père a demandé le placement de son fils, la juge a diligentée une enquête judiciaire de 6 mois. Durant l'enquête le père a renoncé officiellement à la garde de son fils pendant cette enquête, il ne l'a pas vu ni appelé pendant 10 mois. Je viens de passer à nouveau devant le juge des enfants ou les résultats de l'enquête démontrent de ma part de l'aliénation parentale, le père étant bienveillant d'après eux.
La juge durant l'audience me menace en me disant que je vais m'en prendre plein la "gueule" (choquant pour un juge) lorsque mon fils adulte découvrira la vérité sur moi, et ensuite elle me dit ne vous avisez pas d'aller dans le sud de la France car je conserverai l'autorité sur votre dossier (ce qui n'est pas légal). Elle a finalement demandé une AEMO renforcée avec expertise psychiatrique sur moi et l'enfant.
Le père de mon fils est entièrement protégé par les services sociaux et la juge qui vont dans son sens, cette histoire est une affaire de corruption et d'intérêt, j'ai de nombreux documents qui viennent démontrer ma bonne foi, les mensonges de la plaidoirie et du jugement
 La juge a indiqué par écrit l'AEMO renforcée voir placement, mon fils ne supportera jamais cette situation , il s'agit d'enlever un enfant à sa mère pour protéger un père maltraitant, qui oblige mon fils à dormir avec lui, lui montre des film pornos, le lave de force........ l'administration semble solidaire de ce monsieur pour ne pas dénoncer son personnel.


mes 2 filles sont placées déjà sur de faux rapport ensuite j ai du déménager afin de protéger mon couple et ma 3 filles mes voila le problème le juge refuse de transférer mes enfants dans mon nouveau département(ne respectant pas la loi sur les transferts en cas de déménagement des parents) et en plus nous venons de constater que la caf nous a coupé les allocation familiale . ne sachant plus quoi faire ni vers qui me retourner je me remets à vous en espérant que vous pourrez m'aider j'ai écrit partout mais je suis restée sans nouvel ou avec des réponses négative. j’espère que vous pourrez m'aider car la je n'en peux vraiment plus le sort s'acharne sur nous depuis 2 ans merci


cela va faire 4 ans que ma fille est placée abusivement ( je n'ai jamais eu connaissance du ou des motifs) actuellement je suis dans l'impossibilité de la voir car elle est dans une autre région et le prix du train + hôtel m'est impossible. Ma question est la suivante : la juge des enfants a-t-elle droit de refuser de placer ma fille dans ma région pour soiT disant une question de stabilité? dans ce cas la que fait on de mon droit de mère? je suis désespérée je n'en peux plus et je ne sais plus quoi faire pour pouvoir revoir ma fille. je vous en remercie de m'écouter car vous écrire reste ma dernière solution.


Ma fille âgée de 12 ans et demi a été placée en famille d'accueil car nous sommes trop fusionnelles et je la surprotège d'après la juge qui s'est basée sur les rapports mensongers et calomnieux des services de l'ASE. Je suis écœurée, j'aurais battue ou négligée ma princesse, je comprendrais mais là c'est l'inverse. J'en suis au stade où je n'ai pas le droit de téléphoner à ma fille, je n'ai pas le droit d'en avoir la garde et je ne la vois que 2 fois par mois en visite médiatisée de 1 heure. Par contre j'ai toujours l'autorité parentale. Pour arranger le tout, les éducateurs spécialisés refusent que tout acteur s'occupant de ma fille me donnent des nouvelles (ma fille a été 15 jours en colonie qui n'ont pas eu le droit de me donner des nouvelles de ma fille car les éducateurs de l'ASE leur ont dit que je n'avais plus aucun droit sur ma fille, au collège je n'ai plus eu le droit de prendre rendez vous avec les professeurs de ma fille car les éducateurs l'avaient exigé, ma fille n'est plus sous ma couverture sociale et je ne connais pas son numéro... Ça ne peut plus duré, ils abusent. Que dois je faire ? 


J'ai besoin de votre aide pour la placement abusif de ma fille qui a 10 ans dans une famille accueil embarquée par police sans avoir reçu aucune notification .J'ai besoin de votre aide en urgence


Je suis le papa d'A...Suite à cette grossesse difficile la maman a du être hospitalisé dans une unité spécialisé pour mère en difficultés.  Bien qu'étant le père, je n'ai pas été entendu  et notre enfant a été placé depuis 15 mois et on refuse de me le rendre.  Durant les audiences  nous avons fait l'objet d'une expertises médicales et d'une enquête sociale éducative qui a malheureusement été bâclé. Ces ordonnance d' enquêtes se sont fait en mai 2014. Nous avons contacté un avocat qui était absent pendant la seconde audience. Nous restons dans une impasse car à ce jour et depuis son placement que ce soit en pouponnière ou en famille d'accueil, nous voyons A... qu'une heure par semaine. Nous n'avons pas maltraité notre enfant ni abusé de lui 
Je ne sais donc pas comment faire pour que nous arrivions à reprendre la garde de notre enfant.
Pouvez nous nous aider à nous conseillez